Conseils, devis, commandes :  04.94.23.30.20

Pourquoi tensiometre.com

Vous orienter vers des produits de qualité
En tant que fabricant et distributeur de matériel médical depuis 1989, nous avons pu constater qu'il existait de nombreux fournisseurs de tensiomètres automatiques.
Face à l'impossibilité de vous présenter tous les produits disponibles sur le marché, nous avons volontairement décidé de ne sélectionner que des tensiomètres provenants de certains fabricants renommés pour leur savoir faire technique et la qualité de leurs offres. Notre but n'est pas d'être exhaustif, mais de vous proposer une gamme cohérente de produits de qualité à des prix très compétitifs.

Vous conseiller dans le choix d'un modèle adapté à vos besoins
Trouver un bon produit c'est bien, mais trouver un bon produit adapté à vos besoins et à votre budget c'est encore mieux. C'est pour cette raison que dans nos tableaux comparatifs nous vous présentons les caractéristiques techniques des différents modèles et nous vous donnons notre avis.

Un véritable besoin
"Avec près de 180 000 décès par an, les maladies cardiovasculaires (au nombre desquelles l'hypertension artérielle figure en bonne place) représentent la première cause de mortalité en France (34%), devant les cancers et surtout loin devant les accidents de la route " (source Fédération Française de Cardiologie).

"L'hypertension artérielle contraint le coeur à une surcharge de travail, le fatigue prématurément et provoque sa défaillance. (insuffisance cardiaque).
Elle favorise également le dépôt de graisses sur et dans la paroi des artères (athérosclérose), notamment des coronaires, pouvant entraîner, à plus ou moins long terme, angine de poitrine et infarctus du myocarde. Le même processus peut atteindre les artères des jambes : c'est l'artérite des membres inférieurs.
L'obstruction des artères rénales par athérosclérose provoque la destruction progressive des reins et - à terme - l'élévation de l'urée sanguine : c'est l'insuffisance rénale.
L'obstruction des artères à destinée cérébrale provoque la destruction progressive des cellules nerveuses du cerveau, aux conséquences graves : paralysie, perte de la parole, baisse intellectuelle, démence, éventuellement la mort. L'état des artères du cerveau peut être en partie apprécié par l'analyse de l'état artériel de la rétine au fond de l'oeil."(source Fédération Française de Cardiologie).

Grace aux efforts de plusieurs organismes et notamment la Fédération Française de Cardiologie, le grand public commence à prendre conscience des risques liés à l'hypertension et de la nécessité de surveiller sa tension. Cette surveillance peut être effectuée par un médecin, mais il est également possible de mesurer soi-même sa pression artérielle avec des appareils automatiques ou semi-automatiques : c'est l'automesure de la pression artérielle.

Chez certaines personnes l'automesure de la pression artérielle peut constituer une aide appréciable pour le médecin, soit pour le diagnostic d'une hypertension artérielle, soit en cas de suspicion d'une grande variabilité tensionnelle, ou encore pour l'évaluation et la surveillance d'un traitement anti-hypertenseur.
En outre, elle permet généralement au patient de mieux comprendre sa maladie et augmente son adhésion au traitement (observance). Toutefois, son application doit respecter certaines règles * pour éviter toute substitution au médecin et / ou automédication.
Enfin, elle est à éviter chez le sujet anxieux, ou à caractère obsessionnel, qui risque de multiplier les mesures sans respecter les conditions et les règles d'emploi" (source Fédération Française de Cardiologie).

* quelques régles importantes de l'automesure :

- Utiliser un appareil validé, simple d'emploi et adapté à la morphologie du patient (diamètre du bras notamment : un "gros" bras correspond à un large brassard).

- Effectuer la mesure en position assise, après cinq minutes de repos, bras décontracté reposant sur une table.

- Brassard à même la peau.

- Transcription des chiffres ou édition (si l'appareil comporte une imprimante) sur un carnet de suivi.

- Répéter les mesures pendant cinq ou six jours successifs d'activité normale.

- Pratiquer une séance de mesure au moins matin et soir (avant les repas), avec trois mesures successives à quelques minutes d'intervalle lors de chaque séance (après une première mesure dont on ne tiendra pas compte).