Conseils, devis, commandes :  04.94.23.30.20

Choisir un tensiometre électronique

Un tensiomètre électronique est-il aussi fiable qu'un tensiomètre traditionnel ?

La prise de tension avec les tensiomètres manuels est basée sur la méthode auscultatoire. Cette méthode fait appel à un brassard occlusif (permettant la compression de l'artère) et à un stéthoscope (pour détecter les bruits engendrés lors du passage du sang pendant le dégonflage du brassard). On distingue 5 phases différentes (appelées bruits de Korotkoff) :

  • Phase I : apparition du premier son,
  • Phase II : tonalité de murmure,
  • Phase III : son vif et net,
  • Phase IV : affaiblissement du son,
  • Phase V : disparition du son,

La pression systolique est déterminée par la phase I et la pression diastolique par la phase V.

La prise de tension avec les tensiomètres électroniques est basée sur la méthode oscillométrique. Cette méthode fait appel à l'analyse des oscillations de la paroi artérielle. Lorsque la pression du brassard est supérieure à la pression artérielle systolique, de petites oscillations dues au choc de la pulsion des artères comprimées peuvent être captées. Lors du dégonflage du brassard, la diminution progressive de la pression dans le brassard fait augmenter puis diminuer l'amplitude de ces oscillations. La pression artérielle systolique correspond au début de l'augmentation de l'amplitude de ces oscillations. La pression diastolique correspond à la fin de la baisse de l'amplitude de ces oscillations.

Les tensiometres électroniques sont fiables. La méthode de mesure oscillométrique est éprouvée et validée depuis plusieurs dizaines d'années. Il existe cependant quelques pathologies ou quelques cas (porteurs de pacemaker, femmes enceintes, diabétiques, personnes manifestant une asymétrie tensionelle, des rétrécissements vasculaires ou des maladies hépatiques) où il convient de consulter son médecin pour vérifier que le tensiometre est bien adapté à son utilisateur.

 

Faut-il choisir un tensiomètre électronique au bras ou au poignet ?

Chaque catégorie de tensiomètre a ses avantages et ses inconvénients.

Les modèles au poignet sont de tailles réduites ; ils sont faciles à transporter et pratiques à mettre en place. En revanche ils nécessitent plus de rigueur lors de la prise de mesure car il faut veiller à bien les positionner au niveau du coeur pour ne pas fausser les résultats. Un tensiomètre placé trop haut indiquera des valeurs plus basses que la normale ; un tensiomètre placé trop bas donnera des valeurs plus élevées. Certains modèles disposent d'un capteur de position intégré qui déclenche la mesure quand le tensiomètre est dans une position correcte.

Les modèles au bras sont plus encombrants et moins faciles à mettre en place. La question du positionnement par rapport au coeur est supprimée, en revanche il faut veiller à choisir un brassard adapté.

Au niveau de la fiabilité, sauf cas particuliers, les deux systèmes (bras et poignet) offrent une exactitude comparable. Les résultats de l'un ou de l'autre système variant selon des facteurs individuels. Par exemple, les artères au poignet se trouvant très près de la surface et étant moins enveloppées de tissus que dans la partie supérieure du bras, dans le cas d'une personne obèse, un modèle au poignet est particulièrement recommandé. Dans les cas ou les deux types de tensiomètres sont adaptés (pas de surcharge pondérale, pas de forte artériosclérose, bonne compréhension du positionnement, ...) si vous devez souvent vous déplacer et prendre votre tension, optez de préférence pour un modèle au poignet. Si en revanche vous comptez utiliser ce tensiomètre à votre domicile privilégiez un modèle au bras. En cas de doute, n'hésitez pas à demander conseil à votre médecin.

 

Qui peut utiliser un tensiomètre électronique ?

Sur le plan de la manipulation technique, tout le monde peut utiliser un tensiomètre électronique automatique. Certains modèles semi-automatiques ou disposant de fonctions ou de caratéristiques spécifiques sont plus adaptés à un usage professionnel (médecins, infirmières, cabinets médicaux ...), mais la quasi-totalité des appareils électroniques sont d'un usage simple qui les met à la portée de tous les utilisateurs. N'oubliez pas que cet appareil ne doit pas remplacer les examens périodiques chez votre médecin !.
Sur le plan de la santé, les femmes enceintes, les personnes présentant un faible pouls, portant un stimulateur cardiaque, sujets à de l'aryhtmie cardiaque, suivant un traitement médicamenteux, présentant des rétrécissements vasculaires ou des maladies hépatiques et les diabétiques ou simplement les personnes ayant un doute, doivent demander conseil à leur médecin avant d'utiliser un tensiomètre automatique.

 

La taille du brassard est-elle importante ?

Les brassards sont des éléments très importants pour la fiabilité de la mesure. Ils sont constitués d'une enveloppe en tissus et d'une poche gonflable. Ils doivent être proportionnés à la morphologie du bras ; un brassard trop étroit surestimera la pression artérielle et un brassard trop large la sous-estimera. Lors du choix de votre tensiomètre, vérifiez donc systématiquement que le brassard vous convient, ou prévoyez d'acheter un brassard supplémentaire adapté (si vous avez opté pour un modèle au bras).

 

Quand et combien de fois faut-il prendre sa tension ?

Pour une surveillance ponctuelle de la tension artérielle, la préconisation actuelle est d'utiliser la "régle des 3" : prendre sa tension trois fois le matin avant le déjeuner (à une ou deux minutes d'intervalle) et trois fois le soir avant le diner (à une ou deux minutes d'intervalle) sur une durée de trois jours. Il est important que ces mesures soient réalisées dans des conditions similaires et aux mêmes heures d'un jour sur l'autre. Vous obtiendrez ainsi 18 mesures dont la moyenne sera bien représentative de votre tension artérielle. A noter : Certaines études préconisent plutôt 2 séries de mesures le matin, puis 2 séries le soir sur trois jours. En cas de doute, suivez les conseils de votre médecin.

 

Pourquoi les valeurs obtenues chez vous sont elles souvent différentes de celles obtenues chez le médecin ?

D'une part, la tension artérielle varie en permanence ; il est donc normal d'avoir des résultats différents pour des mesures prises à des moments différents. D'autre part, lors d'une consultation médicale, le patient est en état de stress (même si ce stress est léger et inconscient). La tension artérielle mesurée est donc logiquement supérieure à celle prise au domicile (dans un cadre familier et rassurant). C'est ce que l'on appelle l'effet blouse blanche.

 

Faut-il prendre la tension au bras gauche ou au bras droit ?

Il existe une asymétrie tensionnelle, donc une différence de pression artérielle entre les deux bras. Cette différence est généralement assez faible. Dans ce cas, l'habitude est de prendre la tension au bras gauche (pour les droitiers) et au bras droit (pour les gauchers). En cas de différence significative, il faut commencer par mesurer la tension aux deux bras, puis faire ensuite toutes les mesures sur le bras pour lequel la tension était la plus élevée. Il est recommandé de prendre la mesure toujours au même bras.

 

Est-il utile d'avoir un tensiomètre disposant d'une grosse capacité de mémorisation ?

Les modèles actuels d'autotensiomètres disposent généralement d'une grosse capacité de mémorisation et certains sont même capables de gérer plusieurs utilisateurs différents. Avantage : cela évite d'avoir à reporter les mesures à la main sur un carnet de suivi tensionnel. Inconvénient : pour avoir une vue d'ensemble de l'évolution de la tension sur une période de plusieurs jours, un graphe réalisé sur un carnet de suivi tensionnel sera souvent plus parlant que de faire défiler les mesures mémorisées sur l'appareil. Il n'y a donc pas vraiment de réponse ; c'est une question de préférence, propre à chaque utilisateur.

 

Comment prendre sa tension au bras ?

  • Evitez d'avoir une activité physique intense dans l'heure précédant la mesure.
  • Evitez de manger, de boire du café ou de l'alcool, et de fumer dans l'heure précédant la mesure.
  • Détendez-vous pendant 5 minutes sur une chaise confortable.
  • Dénudez le bras sur lequel sera réalisé la mesure et n'enroulez pas la manche en la remontant (pour éviter une constriction du bras).
  • Ajustez le brassard sur le bras, en évitant de trop le serrer. Veillez à ce que le brassard se trouve à environ 2 cm au dessus du pli du coude et à ce que le tuyau soit situé sur la face intérieure du bras.
  • Adoptez une position assise confortable.
  • Ne croisez pas les jambes et posez les pieds à plat sur le sol
  • Posez votre bras sur un support pour qu'il ne soit pas tendu.
  • Pendant la mesure, ne touchez pas l'appareil.
  • Ne bougez pas.
  • Ne parlez pas.

 

Vidéo diffusée avec l'aimable autorisation de la société Microlife

 

Comment prendre sa tension au poignet ?

  • Evitez d'avoir une activité physique intense dans l'heure précédant la mesure.
  • Evitez de manger, de boire du café ou de l'alcool, et de fumer dans l'heure précédant la mesure.
  • Détendez-vous pendant 5 minutes sur une chaise confortable.
  • Dénudez le bras sur lequel sera réalisé la mesure et n'enroulez pas la manche en la remontant (pour éviter une constriction du bras).
  • Enlevez vos montres et bijoux susceptibles de gêner la mise en place du tensiomètre.
  • Placez le tensiomètre et fixez le brassard à l'aide du velcro, de telle sorte que le poignet soit fermement maintenu, mais sans excès. Il doit y avoir environ 1 cm entre le pli du poignet et le bord du brassard.
  • Adoptez une position assise confortable.
  • Ne croisez pas les jambes et posez les pieds à plat sur le sol
  • Posez le coude sur une table.
  • Placez le tensiomètre à la hauteur du coeur.
  • Désserrez le poing, paume vers le haut.
  • Ne pliez pas le poignet en tournant la main vers vous et ne serrez pas le poing.
  • Pendant la mesure, ne touchez pas l'appareil.
  • Ne bougez pas.
  • Ne parlez pas.

 

Vidéo diffusée avec l'aimable autorisation de la société Microlife

 

Quelles sont les précautions générales à prendre ?

  • Eviter de poser le brassard sur des plaies.
  • Vérifier que le bras sur lequel est posé le brassard ne présente aucune artère ni veine en traitement médical présent ou passé (par exemple un shunt).
  • Chez les femmes ayant subi une amputation de la poitrine, le brassard ne doit pas être posé sur le coté amputé.
  • Eviter de réaliser des mesures trop fréquentes, car leur répétition excessive est mauvaise pour la circulation sanguine et peut entraîner des lésions.
  • Eviter d'utiliser un tensiomètre à proximité de champs électromagnétiques importants (par exemple d'un téléphone portable), car celà peut provoquer des dysfonctionnements .